La Première Guerre : entre Histoire et Mémoires

Dessin de Tardi (DR)
Dessin de Tardi (DR)

Alors que se termine les commémorations de la Première Guerre mondiale, aussi appelée la Grande guerre ou plus simplement la Der des der par les protagonistes eux-mêmes, voici un petit rappel de l'importance du travail des historien(ne)s sur les mémoires de cette période.

  • A visiter le site de la Mission du Centenaire mise en place dès 2012 pour centraliser les divers travaux et les sources à des fins d'information et de pédagogie. Une vraie mine d'archives et de sujets historiques.
  • A voir aussi cet article critique du Monde reposant sur les travaux de l'historien Antoine Prost et posant la délicate question du nombre des victimes.
  • Enfin, un peu de lecture, retrouver au CDI les albums de J. Tardi sur la Guerre des tranchées. Où comment la BD peut faire œuvre d'histoire elle-aussi.

Ci-dessous, une vidéo du Monde décortiquant la mémoire filmatographique de la Première Guerre au travers de l'analyse historique. Une façon de rappeler l'importance du regard critique sur les sources.

Lire la suite

La mondialisation low-tech

La mondialisation, thème central des programmes d'Histoire-Géographie et de SES en Terminale ne se résume pas à une course à l'innovation high-tech. C'est ce que nous rappelle ce projet débuté en 2016 par un jeune ingénieur, Corentin de Chatelperron, et son association Gold of Bengal

Parti sur un catamaran pour 3 années de tour du monde des inventions low-tech, lui et ses camarades se relaient depuis pour faire connaître cette autre façon d’imaginer l’avenir. 

 

« Nous avons commencé par ratisser internet, lire des bouquins et passer des coups de fil pour lister les meilleures inventions low-tech autour du globe. Et rapidement, tout un monde s’est ouvert à nous : un monde de débrouille, d’entraide, de connaissances, de systèmes D. En Afrique de l’Ouest, par exemple, les problèmes d’accès à l’électricité ont poussé les habitants sur place à fabriquer des éoliennes à partir de moteurs électriques récupérés sur de vieilles photocopieuses; (…). Si l’innovation technologique semble avoir un rôle central à jouer, des ingénieurs, tels que Philippe Bihouix –L’Âge des low-tech. Vers une civilisation techniquement soutenable, Seuil, 2014–, expliquent qu’il serait cependant risqué de tout miser sur une «sortie par le haut», le déploiement des high-tech nécessitant en effet des ressources naturelles, dont des métaux rares, que l’on a par ailleurs du mal à recycler correctement. Mais grâce au recours aux low-tech, certains arrivent à faire mieux avec moins: ils développent des économies locales, des emplois, des compétences, et renforcent en même temps leur autonomie. Rendre ces innovations accessibles à tous et dans le monde entier, c’est le pari fou du Nomade des Mers.

 

C’est ce qui est résumé dans cet article du web-journal Sate qui invite à regarder les épisodes de ces premières années de navigation sur Arte. Arte qui propose aussi des petites « vidéos tutos » de ces projets low-tech (voir ci-dessous). Un regard plein d’espoir sur un phénomène si souvent décrié.

 

 

Lire la suite